Dublin – Part III

Je suis retournée en Irlande cet hiver, pour passer du temps chez mon cher et tendre. Bien sûr, j’ai voulu retourner à Dublin même si nous n’avions pas énormément de temps. Nous avons donc passé deux nuits et une journée là-bas.

Nous avons commencé par Kilmainham Gaol, la prison de Dublin. Les visites sont obligatoirement guidées, et ont lieu toutes les demies-heures. Malheureusement, on ne peut pas réserver à l’avance, donc il vaut mieux arriver un peu tôt si on ne veut pas se faire recaler. Nous avons eu de la chance, car nous sommes arrivés pile à la demie et les personnes au guichet nous ont fait rentrer même si la visite venait de commencer, ce qui nous a évité d’attendre la prochaine.

Première bonne surprise: les étudiants ne paient que trois petits euros! La visite dure une heure, qui passe à toute vitesse tant le guide est captivant. Evidemment, il faut pouvoir comprendre l’accent, comme toujours 😉

Un petit brin d’histoire, pour vous donner envie d’y aller:
La prison servit pendant 128 ans, et a une place importante dans l’histoire d’Irlande. Y furent emprisonnés hommes, femmes, enfants et également des figures politiques et révolutionnaires. Pendant la Famine, les gens commettaient délibérément toutes sortes de crimes pour se faire emprisonner et ainsi être nourris. En se rendant compte de ce stratagème, les gérants de la prison décidèrent de considérablement réduire les portions des prisonniers.

Kilmainham Gaol fut également le point de départ de nombreuses déportations vers l’Australie. Le guide nous a ainsi raconté qu’un jour, une Australienne suivant la visite se trouvait être une descendante d’une des prisonnières transférée là-bas ! It’s definitely a small, small world.

La porte d’une cellule 

 

A l’extérieur

 

 

Plusieurs exécutions ont eu lieu là-bas, ce qui a donné place à un débat pour / contre la peine de mort. Dans le petit musée (qui n’est pas si petit que cela, en réalité. On y a passé une bonne heure, même sans lire chaque panneau explicatif) consacré à l’histoire de la prison (et plus généralement, l’histoire de l’Irlande), on peut donner notre avis. Je vais peut-être lancer une grande discussion à ce sujet, mais étant contre, j’ai été plutôt dégoûtée de voir le nombre de personnes ayant voté pour.

 

Si le chiffre « contre » est rond, c’est parce que nous nous sommes donné un malin plaisir à l’arrondir en cliquant plein de fois sur le bouton » contre »… Une partie de moi espère donc que des petits rigolos ont appuyé à répétition sur celui « pour » juste pour s’amuser (chacun son sens de l’humour après tout), et que les chiffres sont plus bas en réalité…!

Comme je viens de le dire, après ou avant la visite guidée, vous pouvez en apprendre plus sur l’histoire d’Irlande en faisant un tour au musée. Sur trois niveaux, il explique vraiment bien les événements majeurs de l’époque. Entre le musée et la visite guidée d’une heure, vous pouvez donc bien compter deux heures là-bas. Considérant le tarif vraiment bas quand on est étudiants (sept euros, sinon), je vous conseille vivement d’y aller. Par contre, je vous recommanderais plutôt d’y aller dès le matin, avant onze heures, pour être sûrs d’avoir une visite sans trop attendre, voire sans avoir à revenir plus tard dans la journée. Quand nous sommes sortis, vers 12h30-13h si mes souvenirs sont bons, il y avait beaucoup plus de monde qu’à notre arrivée, et les prochaines visites étaient déjà complètes.

Presque en face de la prison se trouve l’Irish Museum of Modern Art, que nous voulions visiter mais… il était fermé le lundi, comme énormément d’autres monuments et musées, d’ailleurs. Donc ne faites pas la même erreur que nous, si vous n’avez qu’une seule journée à passer là-bas, vérifiez d’abord les jours d’ouverture des endroits principaux que vous aimeriez visiter! Cependant, même si le musée était fermé, le parc et la cafétéria étaient accessibles.

Un panneau rigolo (pour Maman!)

 

L’entrée du parc 

 Le bâtiment du musée 

Je n’ai pas pu prendre de photos pour les deux autres endroits que nous avons visités, à savoir Marsh’s Library et la Bibliothèque Nationale, pour la simple et bonne raison que les photographies n’étaient pas autorisées. Je peux quand même vous en parler rapidement.

Marsh’s Library est située juste à côté de la Cathédrale Saint Patrick. Toutefois, il ne faut pas la louper, car elle est très peu indiquée! A travers la ville, vous pouvez suivre des panneaux indiquant la direction vers les lieux touristiques, ce qui est fort pratique. Par contre, une fois vraiment à proximité, ils doivent juger qu’on peut se débrouiller et du coup, plus aucun panneau. On savait donc qu’on était dans le coin, mais on est passés devant sans la voir: si cela vous arrive, ne vous dites pas « tant pis », car elle vaut le coup! Encore une fois, il faut donner une poignée d’euros symbolique.

La bibliothèque abrite plus de 25 000 livres et 300 manuscrits. Quand nous y sommes allés, l’exposition temporaire était sur l’auteur James Joyce, qui est venu consulter des ouvrages là-bas. On nous explique donc les différentes références à la bibliothèque dans quelques unes de ses oeuvres. A part l’exposition, le lieu en lui-même vaut le détour et est très impressionnant. Evidemment, je mourais d’envie de prendre plein de photos mais je suis sûre que vous pouvez en trouver sur internet; quant à moi, ça m’a forcée à tout imprimer dans mon esprit!
Petit plus de la visite: on peut s’essayer à l’écriture à la plume, et même customiser un marque-page si on veut garder une trace.

J’ai par contre été moins enthousiasmée par la Bibliothèque Nationale (sur Kildare Street, dont j’ai parlé dans mon précédent article, si vous avez bonne mémoire!). L’entrée est gratuite, mais étant donné que la bibliothèque est réellement utilisée par des gens studieux qui viennent y travailler, la visite est forcément assez réduite. Le plafond est vraiment beau, ceci dit, mais encore une fois, les photos sont interdites (il faut même laisser toutes ses affaires au vestiaire. avant d’entrer). Sur le site que j’ai mis en lien, vous pouvez effectuer une petite visite virtuelle, si le coeur vous en dit!

Ayant déjà beaucoup marché, nous nous sommes octroyé une pause café – ou plutôt, une pause Chai Tea Latte! J’ai également pris quelques photos des décorations de Noël, évidemment! Après avoir visité Dublin au mois d’août, j’étais toute excitée à l’idée d’y être (et en Irlande en général) au moment des fêtes. Même si le premier janvier était déjà passé, l’esprit de Noël était bien vivant dans les rues – comme vous le verrez également quand je parlerai de Belfast dans les semaines qui vont venir (hé oui, beaucoup de péripéties en vue!).

Le sapin de Noël sur O’Connell 

Autres décorations sur O’Connell

Nous avions ensuite rendez-vous avec une de mes amies américaines qui se trouvait être de passage à Dublin exactement au même moment que nous. Nous avons dîné dans un beau restaurant, The Church, sur Jervis Street. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une ancienne église reconvertie en restaurant.

Histoire de bien faire ma touriste, j’ai décidé de goûter au fameux Irish Stew. La photo ne rend pas extraordinairement bien, mais j’espère que vous saisissez le principe ! Grossièrement, c’est une sorte de pot-au-feu irlandais.

Mon amie américaine a fait le choix du Fish & Chips – plat dont je ne me lasse pas mais que je prends un peu trop souvent quand je voyage en Irlande, en Ecosse ou en Angleterre, d’où mon choix de ragoût 🙂

J’ai adoré la présentation dans le panier, avec le journal en dessous! 

Voilà donc pour notre journée à Dublin début janvier! On y retournera très certainement cet été, donc vous en entendrez encore un peu parler d’ici quelques mois. En attendant, j’ai encore beaucoup, beaucoup d’articles irlandais à vous proposer… A venir donc, entre autres et en vrac: Galway City, un petit tour dans le Connemara et les îles Aran.

Stay tuned folks!  🙂 

Publicités