Ride with me

Depuis Galway, il est possible de prendre le car pour différentes destinations : les îles Aran, les collines de Moher, et le Connemara. Si vous n’avez pas le temps et / ou l’argent de tout faire, comme c’était notre cas, le plus difficile est d’abord de choisir où aller, car tout est tentant et a l’air époustouflant… Après de mûres réflexions, nous avons décidé d’aller aux îles Aran et dans le Connemara. Vient ensuite la question de quelle compagnie prendre, car bien sûr, il n’y a que l’embarras du choix ! Les prix et les offres sont globalement similaires, mais les parcours changent parfois un petit peu, c’est donc là que vous allez pouvoir vous décider, par rapport à ce que vous voulez voir en priorité. Nous avions demandé conseil à l’auberge, ce qui nous a été très utile, mais sinon il y a énormément d’avis sur internet.

Nous avons commencé par visiter les îles Aran, plus précisément Inishmore, l’île principale. Pour cela, nous avons pris un bus pour arriver au ferry. L’embarquement est situé au port de Ros a’Mhil – mais il est également possible de partir d’un autre port, à Doolin, selon l’endroit où on se trouve à la base. Le trajet total dure environ 2h, si je me souviens bien, entre le car et la traversée.

Vues depuis le ferry 

SONY DSC

SONY DSC

En achetant les tickets pour les îles Aran à l’auberge, nous avions dû choisir entre faire le tour de l’île en minibus ou en vélo. Le tarif est inclus dans le prix total, ce qui vaut carrément le coup, car en arrivant là-bas, vous êtes inondés d’offres en tout genre pour louer des vélos ou partir en minibus… mais en payant en plus! On avait choisi les vélos, et on n’a pas du tout regretté notre choix: grâce à cette option, il est possible d’arpenter l’île à notre rythme, en s’arrêtant où on veut quand on veut, ce qui ne semblait pas être le cas dans le minibus. Et s’il ne pleut pas, quel plaisir de pédaler cheveux au vent dans ces magnifiques paysages 🙂 (après, quand on est très peu douée en vélo comme je le suis, ça a aussi ses inconvénients… mais pour les gens normalement constitués, je pense que c’est vraiment un incontournable de l’île!) Si vous pensiez la parcourir à pied, c’est tout de même assez long, surtout si vous voulez être sûrs d’attraper le ferry pour rentrer – pour nous, le dernier était à 18h30.

On peut également faire un tour en calèche

SONY DSC

Crinière au vent 

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Comme vous pouvez peut-être le deviner d’après les photos, il y avait beaucoup de vent. Mais les habitants de l’île ont de quoi se couvrir: l’endroit est réputé pour ses pulls bien chauds, les fameux pulls d’Aran. A l’origine, il était porté par les pêcheurs, pour se préserver du froid et de l’humidité. Chaque famille avait un motif reconnaissable, comme un blason. La laine vient des moutons de l’île. Ces pulls sont aujourd’hui très prisés, j’en ai croisé dans à peu près tous les boutiques de souvenirs à Dublin et à Galway. A Inishmore, on est allées dans deux grands magasins uniquement consacrés aux pulls d’Aran. Bien sûr, ils ne fabriquent pas que des pulls, la laine sert aussi aux chaussettes, bonnets, gants, ponchos…

Un chien nous a tenu compagnie pendant le déjeuner 

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Outre les superbes paysages et la sympathique faune, la principale attraction de l’île est Dun Aonghus (ou Dun Aengus), un fort préhistorique. On laisse les vélos avant de monter.

SONY DSC

Construit sur les falaises de l’île, il ne faut pas avoir le vertige (ou des enfants intenables) pour aller le visiter. Mais une fois arrivés en haut, wow

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Un classique dès qu’on est en haut d’une falaise… 

SONY DSC

I was there!

SONY DSC

SONY DSC

Une vue du fort, quand même

SONY DSC

Une petite explication, en irlandais et en anglais

SONY DSC

Je serai assez peu bavarde dans mon prochain article sur le Connemara, car on a plus observé les paysages que visité énormément de sites, mais j’espère que ça vous plaira quand même 🙂 See you then!

Publicités