Dublin – part I

J’ai décidé de commencer par vous raconter mon premier séjour en Irlande, l’été dernier. Nous sommes partis pendant dix (petits) jours là-bas, dix jours bien remplis qui feront l’objet de plusieurs articles (celui-ci va déjà être assez fourni… ceux qui ont l’habitude de me lire savent que j’ai du mal à faire dans la concision! un de mes nombreux défauts, que voulez-vous! 😉 ). Je vais tenter de me souvenir de tout ce que nous avons visité et des détails les plus intéressants du séjour, mais ma mémoire me fera sûrement défaut et je m’en excuse d’avance!

Nous sommes partis du modeste aéroport de Tours, et après moins de deux heures de vol sur Ryanair, nous avons atterri à Dublin. Il est très facile de rejoindre le centre-ville depuis l’aéroport en bus. Tout est plutôt bien indiqué, et il ne faut pas hésiter à demander des informations au chauffeur ou à n’importe qui, d’ailleurs, en cas de doute. Si vous passez outre l’accent peut-être parfois difficile à déchiffrer, les Irlandais se feront un plaisir de vous renseigner.

Nous avions loué une chambre dans une maison via Airbnb, dans la banlieue nord de Dublin. J’adore le principe d’Airbnb et je ne jure que par ça! Je l’ai utilisé de nombreuses fois dans des villes très différentes, et je n’ai pas eu de problème jusqu’ici. La maison à Dublin fut d’ailleurs probablement ma meilleure expérience d’Airbnb – donc si vous comptez aller à Dublin, n’hésitez pas à me demander le contact de Romi, la personne qui loue les chambres, elle est charmante 🙂 Son mari et elle ont l’habitude d’héberger des voyageurs du monde entier, et laissent trois chambres à leur disposition. On peut également se servir de la cuisine, de la machine à laver, du wifi… Romi a une collection de thés incroyable (<3), est très accueillante et ravie de donner des conseils sur quoi faire à Dublin. Question emplacement, la maison est à quelques minutes d’un arrêt de bus qui vous emmène directement au centre-ville, en 20-30 minutes selon la circulation.

A l’aéroport, nous avions pris le soin de nous renseigner sur les tarifs de bus et tram. Après mes deux visites là-bas, je peux donc vous conseiller deux solutions pour vous déplacer dans Dublin. Il est bon de savoir que pour prendre le bus, il faut avoir la monnaie exacte, que vous placerez dans une petite boîte prévue à cet effet, à l’entrée du bus. Comme si cela n’était pas assez compliqué, il faut en plus se rappeler que le tarif n’est pas fixe mais dépend de votre destination! Vous devez donc annoncer votre destination au conducteur, qui vous dira ensuite combien déposer dans la petite boîte. C’est aux alentours de 2€50 en général, ce qui n’est pas donné…

Pour éviter quelques tracas, si vous restez deux ou trois jours, vous pouvez acheter la Leap Visitor Card. Elle est valable 72h, à partir du moment où vous la validez. Elle coûte 19€50 à l’achat et vous pouvez ensuite voyager en illimité sur les réseaux de bus et tram. Hyper pratique donc, et très rentable pour un séjour de quelques jours.

Sinon, il est aussi possible d’acheter une Leap Card normale, pour 5€, et vous la rechargez au fur et à mesure. En optant pour cette solution, cela vous évite d’avoir toujours la monnaie exacte sur vous, et vous bénéficiez également d’une petite réduction, jusqu’à 20% il me semble. On a fait ça pour notre deuxième séjour, car on ne restait qu’une journée et demie. Vous pouvez ensuite garder la carte pour votre prochaine visite 🙂 Comme la Oyster Card à Londres, pour ceux/celles qui connaissent.

Voilà pour les détails pratiques! Je vais également créer une page spéciale, comme sur mon ancien blog pour ceux qui s’en souviennent, où j’essaierai de vous mettre les liens vers des sites utiles pour les différentes destinations dont je vous parlerai.

JOUR 1: O’Connell Street – Trinity College – St Stephen’s Green – Grand Canal 

Dès le premier jour, nous avons commencé à errer dans les rues de Dublin. A ma grande joie, il faisait très beau! D’une manière générale, je ne garde pas un souvenir trop pluvieux de mes séjours irlandais, ce qui devrait en rassurer certains!

Le bus nous a déposé dans la rue principale, O’Connell Street. Au beau milieu de cette longue et large rue, se dresse The Spire.

 

SONY DSC

Non non, vous ne rêvez pas, c’est bel et bien une sculpture géante argentée en forme d’aiguille. Puisque je vous ai promis des informations sympa, je suis allée vérifier ce que cette aiguille à tricoter représentait: il s’agirait de la sculpture la plus haute du monde, censée célébrer le nouveau millénaire (mais en vrai, pour cause de retards dans la construction, elle n’a été achevée qu’en 2003). Elle a été construite pendant les travaux de rénovation de O’Connell Street.

Nous avons continué notre chemin jusqu’à Trinity College, la plus ancienne université d’Irlande.

 

Oui, là il s’était mis à pleuvoir, en effet! Nouveau petit détail important sur l’Irlande: la météo extrêmement capricieuse. En une heure, on peut passer d’un grand ciel bleu à des averses torrentielles, qui feront de nouveau place à un beau soleil. La règle d’or est donc de toujours prévoir des couches supplémentaires au cas où, et un parapluie, bien sûr. Une fois qu’on est habitués, tout se passe plutôt bien!

 

Ci-dessus, une oeuvre d’art sur le campus, la Pomodoro Sphere.

St Stephen’s Green:
une bouffée d’air frais (et vert) au milieu de la ville.
(et oui, beau de temps de retour!)

 

 

 

Parce que nous voulions explorer tous les endroits verts de la ville, nous nous sommes dirigés vers Grand Canal, que nous voulions tenter de longer à vélo. Malheureusement, nous n’avons jamais compris comment en louer un sans s’inscrire d’une façon ou d’une autre, donc nous avons fini par abandonner l’idée, et nous nous sommes contentés de marcher tranquillement.

 

Mine de rien, il se faisait déjà tard, surtout si l’on considère que le dîner en Irlande se prend bien plus tôt qu’en France. Nous nous sommes donc mis en quête d’un endroit sympa où manger, et nous avons atterri dans un restaurant dont j’ai malheureusement oublié le nom (je vous avais dit, raconter ses vacances d’été en février, ça a ses inconvénients…). J’ai voulu essayer un plat typique (bangers & mash, ci-dessous), tandis que mon Irlandais a préféré faire dans l’Italien.

 

 

JOUR 2: Temple Bar – City Hall – Dublin Castle – Phoenix Park – St Patrick’s Cathedral – Merrion Square

Le lendemain, nous avons commencé par découvrir le quartier animé de Temple Bar, où nous cherchions le marché. En arpentant les rues, nous avons croisé des façades bien colorées.

 

 

Le fameux Temple Bar, que j’ai réussi à prendre en photo sans trop de touristes devant, par je ne sais quel miracle et un peu de patience !

 

 

En sortant de Temple Bar, nous avons fait un saut au City Hall, dont vous pouvez voir la façade ci-dessous.

 

En revanche, nous n’avons pas visité la partie payante (car on essayait de faire tout ce qui était gratuit, en bons radins, haha…), nous nous sommes donc contentés de faire le tour, et d’admirer le dôme et l’architecture en général.

 

 

Il n’y a pas que dans la vallée de la Loire qu’on visite des châteaux: il en existe également un à Dublin.

 

La visite est payante, mais il est possible de rester dans la cour et d’admirer le château de l’extérieur. Quand nous y sommes allés, nous avons également vu des sculptures en sable plutôt impressionnantes, comme cette tête géante d’Einstein!

Une boîte aux lettres verte 🙂

Ha’Penny Bridge, sur la rivière Liffey, un pont entièrement piéton.

 

Balade au Parc Phoenix

Nous avons pris le Luas (le tram de Dublin) pour nous rendre au Parc Phoenix. On a mangé une glace devant l’Obélisque, achetée à un Ice Cream Truck pour se croire dans un film, puis on s’est promenés dans le parc, au milieu des vastes pelouses et des jardins. Il est possible de louer des vélos à l’entrée du parc, ce que nous n’avons pas fait parce que je suis nulle à vélo parce que nous n’avions pas anticipé qu’on n’en retrouverait plus par la suite! Le parc est immense (712 hectares), et mériterait d’y passer une bonne partie de la journée, mais nous n’avions pas ce luxe, car on avait un programme bien chargé! Parmi ce que vous pouvez faire au Phoenix Park: visiter le zoo, voir la demeure du président irlandais et celle de l’ambassadeur des Etats-Unis, faire des belles balades à vélo, apercevoir des daims… ou simplement flâner en amoureux.

Pour finir l’après-midi, nous sommes retournés au centre-ville pour aller voir Christ Church et St Patrick’s Cathedral. Encore une fois, nous n’avions ni le temps, ni l’argent (voire ni l’envie) de tout visiter, donc nous nous sommes juste baladés autour, en prenant plein de photos! (je vous en épargne beaucoup, si vous saviez!)

Christ Church 

St Patrick’s Cathedral 

A côté de la cathédrale se trouve un petit jardin fort agréable où nous avons pris le soleil un moment, avant de reprendre notre chemin.

Le soir, nous avons pris le thé à Bewley’s, et nous nous sommes encore promenés, cette fois du côté de Merrion Square, où se trouve un monument dédié à Oscar Wilde.

Nous avons dîné dans un restaurant végétarien que notre hôte, Romi, nous avait conseillé: Cornucopia, sur Wicklow Street. Je peux vous le recommander à mon tour. Ce n’est pas spécialement peu cher mais pas excessif non plus, et surtout, j’adhère forcément au concept wholefood 😉

Cet article se fait déjà bien long (je vous avais prévenus!), même en omettant délibérément ou non de nombreux détails… Je vous donne donc rendez-vous très bientôt pour la suite (je vous rassure, toutes mes journées n’ont pas été aussi remplies, et certaines seront donc bien plus courtes à raconter!).

Cheers 🙂

Publicités