Plénitude

Je pensais que cet été, j’allais profiter de mon temps libre pour publier plusieurs articles sur le blog. Finalement, je n’en ai pas eu envie. Aujourd’hui, je vous partage un bout de vie, écrit dans mon journal le mois dernier, à la fin d’une magnifique semaine.

Mercredi 8 juillet, nos 3 ans de mariage. 3 ans depuis le plus beau jour de ma vie, et 9 mois depuis le pire jour de ma vie. J’ai posé des congés pour la semaine. Je passe une excellente journée. Je revis le 8 juillet 2017. Je me rends compte seulement en allant me coucher que je n’ai pas pensé une seule fois au 8 octobre 2019. J’avais peur qu’il ne vienne m’embêter mais même au moment où j’y ai repensé, rien n’est venu. J’étais peut-être trop heureuse et rien ne pouvait gâcher cette journée.

J’ai remis ma robe de mariée pour faire des photos. Je m’étais dit, dès le lendemain du mariage, que je voulais reporter ma robe pour une séance photo. J’avais pour idée de faire ça pour un anniversaire de mariage et nous offrir une séance avec un.e photographe professionnel.le. On n’a pas encore pu organiser ça mais en attendant, j’ai demandé à Sacha de prendre des photos pour nous. On a beaucoup rigolé et on était très détendus. Maman était venue avec nous et elle avait des bonnes idées de photos. On a croisé peu de personnes mais j’ai aimé lire l’amusement, l’admiration et la joie dans leurs yeux. Papa et Maman avaient préparé un gâteau surprise pour le dessert, avec un gros cœur en nougatine sur lequel était écrit « Anousha et C. », et le chiffre 3 en bougie. On a fait un vœu, séparément, en soufflant la bougie ensemble.

Ce jour-là, entre l’anniversaire de mariage, la célébration en famille, la quatrième année de mariage qui commence, le mariage de David et Déborah 3 jours après, une sensation inédite m’envahit : l’impression, ou peut-être l’intuition, qu’une nouvelle période démarre. Que quelque chose de beau et nouveau arrive. Qu’on va s’en sortir, tous et toutes, et que l’avenir sera rayonnant. J’essaie de me débarrasser de l’Anousha du passé et de celle du futur qui me disent de rester prudente, que le pire peut toujours arriver. J’ai envie de leur répondre que le meilleur peut aussi arriver. Et surtout, j’ai envie de suivre mon instinct, de croire mon intuition, que tout ira bien. Et si je me trompe ? Si je me trompe, j’aurais au moins eu ces quelques jours, semaines, voire mois, d’insousciance et d’espoir.

La fin de la semaine est sous le signe du mariage de David et Déborah et des préparatifs. Je me sens complètement heureuse. Les rares contrariétés et imprévus ne m’atteignent pas du tout. Je prends tout à la légère : rien n’est grave tant qu’on est tous ensemble. Le mariage se passe au mieux. Tout le monde est heureux, radieux, la météo est parfaite, le lieu est époustouflant, les mariés magnifiques. Les deux jours qui suivent sont tout aussi merveilleux. Le brunch le lendemain, et la journée au gîte le surlendemain. Je profite de chaque seconde avec ma famille. Je n’ai pas ressenti un tel bonheur depuis mon propre mariage.

Ce long week-end est encore plus beau que dans mes rêves. Je parviens à peine à mettre des mots sur ce sentiment de plénitude. Je me sens complète, à ma place. Du bonheur à l’état pur comme j’y goûte rarement. Je voudrais que ce sentiment ne me quitte jamais – mais peut-être alors aurait-il moins de saveur.

5 commentaires sur “Plénitude

  1. Une des difficultés de la vie c’est d’accepter que ce genre de bonheur n’est que passager, et que sa survenue est des plus aléatoires… Serions-nous réellement capables d’encaisser une telle intensité de bonheur en permanence, de toute façon ? Je dirais que non, car, comme tu le pointes, on finirait par en perdre la saveur.
    Toute la force réside dans l’appréciation de ces moments dès qu’on les identifie… Et on sera riches de leurs souvenirs lorsqu’on sent qu’ils s’évaporent.

    En tout cas, rien que le titre de ton article m’a fait plaisir à lire.
    J’espère que depuis, tu vas bien ou pas si mal (je dis tu, mais je pense aussi à ton mari et ta famille !).

    Amicales pensées 😚

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, tout à fait, ce ne serait même pas agréable d’avoir une telle dose de bonheur constant ! Et c’est absolument impossible de toute façon. Quand je suis dans ces moments, j’ai envie qu’ils ne s’arrêtent jamais, mais je sais bien qu’il le faut, pour pouvoir goûter aux suivants 🙂 Et cet été, il y en a eu – je vous en parlerai dans un prochain article prévu pour septembre… donc oui, on va tous bien en ce moment, et on espère que ça dure !

      J’espère que tu passes un bel été de ton côté également ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Tellement beau et doux cet article, merci de nous avoir partagé cela 🙂 Je trouve que c’est une grande force de parvenir à se saisir de ces moments de bonheur et de les vivre pleinement, de ne pas les laisser assombrir par autre chose, bravo ! (Et j’adore ta robe :D)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s