Merci

Que dire d’autre ?

En publiant mon dernier article je ne m’attendais à rien. J’avais eu cette presque pulsion d’écriture, il fallait que je vous partage mon état d’esprit à ce moment. Je l’ai fait sans plus de réflexion, sans aucune attente.

Et la surprise n’en fut que plus belle.

Tellement d’amour et de soutien, dont nous n’avons pourtant pas manqué depuis octobre, mais quelle vague d’émotions positives cet article a déclenché !

Je l’ai dit à certaines d’entre vous, j’avais laissé mon blog (et ceux des autres) à l’abandon car je n’avais pas envie de parler de cancer, et à la fois, il m’était impossible de parler de mes sujets habituels comme si de rien n’était, comme si ma vie continuait normalement alors qu’elle était remuée dans tous les sens. Je m’étais dit que je reprendrais le blog le moment venu, en prenant le risque que ce moment n’arrive jamais. Et finalement, il est arrivé, il y a quelques jours.

J’ai l’impression d’avoir ouvert une vanne énorme. Vos réactions si positives m’encouragent à continuer à écrire sur ce sujet. Mais si j’y arrive, je vous préviens tout de suite : ce ne sera pas toujours gai, ce ne sera pas toujours facile à lire. Vous ne retrouverez pas toujours mes pointes d’humour ou d’auto-dérision. Vous découvrirez des tranches de vie que vous n’aurez peut-être jamais voulu connaître. Je décline toute responsabilité en cas de larmes ou de claque dans la tronche.

Ces dernières semaines il me tient de plus en plus à coeur d’ouvrir la parole au sujet du cancer et des aidant.es. Je voulais vous en parler ici mais je ne savais pas comment. Je ne savais pas non plus si c’était l’endroit. Fallait-il plutôt créer un autre blog rien que pour ça ? Est-ce que mes lectrices (et quelques lecteurs perdus dans le lot) avaient envie de lire à ce sujet ? Comprendraient ? Me répondraient ? Finalement la réponse est devenue évidente face à vos réactions de mercredi. Ce cancer c’est une partie de moi, et ce que je vous dévoile depuis plusieurs années sur ce blog, ce sont bien des bouts de ma vie. Alors tout ce que je vais écrire à ce sujet a bien sa place ici, sur mon petit anoushapati.wordpress.com.

Je ne sais pas du tout dans quoi je m’embarque (ni dans quoi je vous embarque, par conséquent). Il est possible que j’arrête tout d’un coup. Que j’y aille progressivement, ou par vague. Ou que la vanne soit réellement totalement ouverte et que tout coule naturellement.

Je ne sais pas non plus ce que je vais vous dire, vous dévoiler, vous expliquer. Peut-être des bouts du journal que je tiens depuis octobre, peut-être des articles totalement inédits (en exclusivité totale !). Avant de me lancer dans ces récits toutefois, il faut que je mette les choses au clair. J’avais laissé une ambiguïté flotter délibérément, car je n’avais pas envie (et toujours pas envie) de rentrer dans les détails de la maladie. Mais j’ai reçu plusieurs messages pensant que j’étais la patiente et je me rends bien compte du malentendu. Dans cette histoire je suis donc l’aidante, pas la malade. Et le reste, vous le découvrirez au fil des articles et de mes écrits… (ce teaser de ouf, si vous ne revenez pas, je ne sais plus quoi vous dire)

J’espère que vous resterez avec moi dans ce voyage incertain dans lequel je nous emmène.

Much, much love

Anousha

100883545_700446000770258_2900380583081279488_n

10 commentaires sur “Merci

  1. J’ai découvert ton blog par hasard… Et je me permets de te donner mon avis: Oui, le point de vue de l’aidante, de la compagne m’intéresse. J’ai eu un cancer il y a un peu moins de 10 ans. Je n’avais pas 30 ans. Et sans mon conjoint, sans mes frangins, cette épreuve aurait été plus pénible encore. Avec mon conjoint, ça n’a pas été facile de mettre des mots, d’imaginer ce qu’il pouvait ressentir, d’être à l’écoute quand il en avait besoin. Avec mes frangins, on est très soudés. Il a fallu aussi en parler. Le plus jeune était très jeune, même pas majeur. Avec celui du milieu, on a beaucoup parlé, on est parti dans tous les sens. Il a accepté mon manque de forme (j’ai beaucoup de mal à emballer dans du papier cadeau une idée désagréable…) Même si ces 3 personnes ne pouvaient pas se faire soigner à ma place, elles m’ont été d’une très grande aide. Et sans eux, ça aurait été bien plus difficile. On en parle encore avec mon conjoint. Tout ce qu’on n’a pas su se dire sur le moment, maintenant, on peut le faire. Donc ouais, les articles que tu comptes écrire, je pense qu’ils peuvent aider plus d’une personnes (malade comme aidant) à mettre des mots sur ce qu’il se passe dans leur vie.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Julie, merci beaucoup pour ton commentaire !! Ca m’encourage énormément dans mon projet d’écrire à ce sujet ! Je suis complètement d’accord avec toi, c’est difficile de comprendre ce que l’autre traverse. C’est encore plus compliqué car ça peut créer un décalage dans le couple alors qu’on veut au contraire se soutenir au mieux. C’est très intéressant ce que tu dis sur le fait que vous en parlez encore des années après. Parfois sur el moment tout est trop dur. On traverse trop de choses d’un coup et on ne peut pas parler. On a besoin d’être « sortis » de l’expérience pour avoir assez de recul et de force pour s’exprimer à ce sujet.

      J’ai vraiment envie d’aider d’autres personnes, même si chaque expérience est évidemment très personnelle. J’espère que mes futurs articles pourront apporter un peu de réconfort, même si je touche une seule personne, ce sera déjà un accomplissement 🙂

      J'aime

  2. Oh oui, je resterai avec toi dans ce voyage 🙂 J’apprécie beaucoup ton blog, et je lirai avec beaucoup d’intérêt ce que tu voudrais bien partager avec nous. Je trouve cette vision d’aidante très intéressante, car c’est une voix que l’on n’entend pas toujours autant qu’on le devrait. C’est un rôle bien difficile d’ailleurs, entre le support, l’anxiété, la culpabilité, la peur, et l’ambivalence…
    Bref, je serai heureuse de te relire lorsque tu le décideras, et d’ici là je vous envoie tout mon soutien 🙂 Bises !
    Aurélie.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ces encouragements, Aurélie 🙂
      Je vois que tu as tout à fait cerné le rôle d’aidant.e !!! Je vais parler de tout ça justement.
      Je vais aussi essayer de me reconnecter un peu aux blogs que je suivais et voir ce que vous devenez toutes 😉
      Bises !

      J'aime

  3. much love toi-même ❤

    des petits indices au détour des mots m'avaient laissé penser que ce n'était pas toi la malade sans que j'en sois totalement convaincue 🙂
    Sache que je serai vraiment très avide de lire ta vision d'aidante. Un de mes proches traverse une passe difficile (physiquement et surtout psychologiquement) et j'avoue que j'ai énormément de mal à me positionner dans ce "rôle"… que je gère très mal je pense. Donc en lire un peu plus pourrait m'apporter bien des choses. (et je parle de moi, mais je suis convaincue qu'il y a moult personnes qui pourraient trouver des ressources bienfaisantes dans ton partage). (NO PRESSURE) (jk)

    Bien sûr, comme je te l'ai déjà écrit je crois, prends les mots comme ils viennent, et s'ils ne viennent pas alors c'est que ce n'est pas le moment !
    Et sache que, of course je m'attends à prendre des claques dans la gueule et que l'humour ne soit pas toujours au rendez-vous. Mais je ne doute pas que ta sensibilité le sera, et tu m'embarques de mon plein gré total.

    Voilà ! Bises et pensées ~~

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vraiment mon objectif, que d’autres personnes puissent trouver des ressources dans mes partages ! Ce qui m’a manqué à moi, j’aimerais le partager à présent avec les autres.
      En ce moment j’ai du temps et pas mal d’inspiration mais maintenant j’ai peur de trop écrire et d’inonder le blog haha !!! Je suis rarement dans la juste mesure 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour tes encouragements !! J’ai l’impression que les aidants parlent assez peu de leur expérience, alors j’espère que ça permettra à d’autres personnes d’avoir un peu de soutien ou au moins simplement une autre perspective sur des choses dont peu de gens parlent 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Merci à toi pour ce que tu nous partages !! Je ne commenterais peut-être pas autant qu’auparavant parce qu’en réalité, dans le cas présent, j’ai juste envie de m’écraser et de t’écouter. Je te suivrais au bout de l’aventure, quoi que tu décides d’écrire et même si tu plaques tout à un moment donné. Je suis émerveillée chaque jour par ta capacité de résilience. Je suis heureuse de te connaître et de te compter parmi mes amies, même si c’est à distance. C’est un très beau cadeau que tu nous fais en nous livrant ton expérience et ton ressenti vis à vis du cancer et de ta situation d’aidante. Merci, mille mercis pour ça !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s