Lanzarote, Canaries : Timanfaya et autres merveilles

Journée à nouveau en mode « wahoo c’est trop beau ».

Première destination : le parc national de Timanfaya. On y entre en voiture et on peut simplement rouler au milieu des paysages, ou bien payer les 9 euros d’entrée pour accéder à la visite des « Montanas del Fuego », les montagnes de feu. On a cherché la possibilité de faire une randonnée à pied gratuitement, en vain. On a même hésité à payer car on nous avait expliqué qu’on devait obligatoirement laisser notre voiture sur un parking prévu puis prendre un car pour effectuer la visite de 30 minutes. On se disait, bon, ça sent l’attrape-touriste… Finalement ça vaut MILLE FOIS le coup (sans exagérer). Seul énorme conseil : arriver dès l’ouverture à 9h !

En pratique, les voitures entrent par une petite route où deux types vérifient les billets si vous en avez déjà un (par exemple avec les billets combinés dont je vous parle depuis l’autre jour), ou les vendent sinon. Une fois la barrière franchie, prenez votre mal en patience : la capacité d’entrée est limitée et donc régulée. On est arrivés à 10h, en basse saison, et on a mis 30 minutes pour arriver en haut, d’où les cars partent. C’était une attente assez courte considérant la file qu’on voyait grandir et grandir… En début d’après-midi quand on est repartis, on a compté que la queue s’étendait sur 800 mètres. J’imagine qu’en arrivant trop tard, on prend le risque de se faire refouler !

Une fois en haut, on gare la voiture et on nous indique dans quel car monter. Si vous avez la chance d’être dans les premiers, asseyez-vous tout au fond car il y a plus de place et plus de visibilité.

Un aperçu du parking – les cars officiels sont les cars orange.

La visite se fait en espagnol, anglais et allemand et dure une trentaine de minutes. Le car tournicote dans les fameuses « montagnes de feu », marque des arrêts régulièrement (on ne descend cependant pas du car) et on en prend plein les mirettes.

En bas vous voyez un bout de la file de voitures qui attendent !

On nous montre la chaleur du volcan sur lequel on est.

Autres vues hors car…

On décide de déjeuner au restaurant sur place : il y a un côté cafet et un côté resto. Ce dernier ouvre à 12h et on y déjeune avec vue sur les volcans – il y a pire ! Certains plats sont cuisinés à la chaleur du volcan, et on peut regarder la viande cuire à l’extérieur.

Les prix ne sont pas excessifs pour le cadre (une dizaine d’euros pour les plats de viande et de poissons), les portions sont plus que généreuses (même pour un gros estomac comme le mien) mais on s’attendait à un goût plus marqué avec la chaleur du volcan.

On redescend du volcan pour se garer un peu plus loin sur un petit sentir pour marcher un peu : on peut quand même faire quelques balades dans le parc national de Timanfaya, mais rien d’aussi impressionnant que le circuit en car.

 

On s’arrête ensuite visiter un centre d’interprétation, le « Centro de Visitantes e Interpretación de Mancha Blanca », pour un peu mieux comprendre les volcans et l’île ! Gratuit et intéressant si vous avez le temps.

Pour terminer la journée on passe au monumento del Campesino, ou le monument au paysan, créé par notre grand ami Manrique. Il s’agit d’un mémorial en l’honneur des paysans de Lanzarote, composé du monument à la fertilité (la grande statue blanche) et d’un complexe architectural où on trouve des boutiques d’artisanat (chapeaux, fromages, vin, textiles, savons, poteries, cuir) et un restaurant. Le tout se situe à l’exact centre de l’île.

On accède au restaurant par l’escalier au centre.

Moi au pied du monument à la fertilité ! Coucou !

Je ne regrette pas du tout d’avoir fait la balade en car dans les montagnes de feu, malgré mes hésitations au départ. Je pense que c’est finalement également plus respectueux de l’environnement car on évite la tonne de voitures dans les volcans et surtout la débilité humaine (moi ? pas foi en l’être humain ? naaah…) : dans d’autres lieux où on voit clairement écrit « interdit de marcher sur les volcans » on retrouve TOUJOURS un.e idiot.e qui monte dessus pour faire une photo qui sera oubliée 24 heures après avoir été likée sur Instagram, un déchet qui traîne (même si globalement j’ai trouvé l’île très propre) parce que faire 50 mètres pour le jeter dans une poubelle ça demande un gros effort… On peut évidemment discuter de la pollution des cars mais c’est un moindre mal, on évite le pire 😉

Sur ces considérations, je vous dis à vendredi pour la suite du séjour !

3 commentaires sur “Lanzarote, Canaries : Timanfaya et autres merveilles

  1. Ça a l’air vraiment superbe !! Finalement, 9€ pour la quantité de trucs à faire sur le site c’est pas si pire non ? Je comprends que vous ayez tendu le dos, souvent prix à moins de 10 balles = truc attrape-touriste qui dure 5 minutes…j’ajoute à ma liste de choses à faire à Lanzarote 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Oui finalement ça vaut le coup, surtout si on prend le billet combiné avec d’autres sites. Mais au départ ouais on s’est demandé si c’était pas de l’arnaque vu qu’on ne pouvait pas descendre du bus et que la visite ne durait que 30 min, mais au final c’est vraiment top et on y est restés plusieurs heures !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s