There’s a hole in your head

Est-ce que vous avez déjà eu le coeur brisé ? Au début vous avez mal, mal, mal, et l’impression que plus jamais vous ne pourrez aimer ou être aimé.e, que jamais vous ne vous en remettrez. Vous n’arrivez pas à vous accrocher à ce qui va, vous ne pensez qu’à votre chagrin, rien n’y fait.

C’est un peu comme cela que je me sens en ce moment. A la différence que personne ne m’a brisé le coeur, personne ne m’a fait du mal.

Je suis consciente de la multitude de choses, du plus insignifiant détail aux majeures caractéristiques, qui vont bien dans ma vie. J’ai un mari aimant, une famille qui me soutient, des amies toujours là pour moi, même un chat qui m’attend derrière la porte. J’ai un toit, à boire et à manger tous les jours. Je n’ai pas à me préoccuper d’obtenir ou renouveler un visa ou un permis de séjour pour rester où je veux. Personne dans mon entourage n’a de gros problèmes de santé, d’argent ou d’autre chose. Je suis sincèrement reconnaissante pour tout ce que j’ai.

Il y a, en comparaison, si peu de choses qui ne vont pas. Et pourtant, ce sont celles-là qui m’enfoncent chaque jour.

J’ai essayé de faire et refaire cette liste de tout ce qui va. J’ai essayé de penser à mes prochains projets de voyage. J’ai essayé de discuter avec des proches. J’ai essayé de faire plein de câlins à mon mari (et mon chat). J’ai essayé de faire des activités qui me plaisent. J’ai essayé de me faire jolie et prendre soin de mon corps. J’ai essayé de manger ce que je voulais sans culpabilité, et aussi de manger équilibré. J’ai essayé de dormir. J’ai essayé d’écouter des musiques joyeuses, des musiques tristes, des musiques pleines de souvenirs et des nouvelles musiques. J’ai essayé de penser aux beaux jours. J’ai essayé d’être de bonne humeur, de sourire aux gens. J’ai essayé de pleurer et puis aussi de ne pas pleurer. J’ai essayé d’aller mal et d’aller bien. J’ai essayé de penser à tous les maux du monde. J’ai essayé de me sortir les doigts du cul !

Mais même quand je réussis, rien n’est assez fort pour empêcher cette drôle de sensation de vide qui s’empare de moi, pour retenir les larmes qui soudain perlent au coin de mes yeux quand je ne m’y attends pas. Je le sens à l’intérieur de moi, ce creux qui d’un coup surgit dans mon ventre et remonte doucement jusqu’à accaparer tout mon esprit.

Je n’ai pas encore essayé de mettre des mots dessus, et d’appuyer sur « publier ».

 ***
Have you ever been heartbroken? At first it hurts, hurts, hurts. It feels as if you’ll never love or be loved again, as if you’ll never get over it. You just can’t think about what’s going well, you’re too focused on your sorrow, nothing can help you.

This is a bit the way I feel. With the difference that no one broke my heart, no one hurt me. I am aware of the multitude of things, from the most insignificant detail to the major features, that are going well in my life. I have a loving husband, a family who’s supporting me, friends always here for me and even a cat waiting for me behind the door. I have a roof, food and water every day. I don’t have to worry about getting or renewing a visa to stay where I want. No one around me has big health, money or whatever else problems. I am sincerely grateful for what I have.

There are, in comparison, so few things that are not going well. And yet, those are the things that drag me down every day.

I tried to make this list of everything going well, again and again. I tried to think about my future travels. I tried to discuss with friends and family. I tried to cuddle with my husband (and my cat). I tried to do activities I like. I tried to make myself pretty and take care of my body. I tried to eat everything I felt like eating without feeling guilty, and I also tried to eat healthy. I tried to sleep. I tried to listen to happy songs, sad songs, songs that bring many memories and new songs. I tried to think about springtime. I tried to be in a good mood and to smile to people. I tried to cry and then also not to cry. I tried to feel bad and to feel well.  I tried to think about all the bad things in the world. I tried to get my shit together!

But even when I manage to do those things, nothing is strong enough to prevent this funny feeling of emptiness getting at me, to stop the tears that suddenly appear at the corner of my eyes when I don’t expect them. I can feel it inside me, this hole that all of sudden rises in my belly and slowly grows until it takes up all mind.

I haven’t tried yet to put words on it and to press « publish ».

 

15 commentaires sur “There’s a hole in your head

  1. Hello you! Une amie m’a dit récemment que ces moments de mélancolie surviennent quand notre esprit réalise à quel point la vie est précieuse et fragile. On se sent alors « restless » et « helpless ». Mais seulement par moments, parce que la vie est plus forte que tout et qu’il suffit d’un sourire, d’une fleur, d’une musique, d’une odeur… pour effacer cette tristesse de l’âme. You’ll be ok, that’s my message. 😘

    Aimé par 3 personnes

  2. Courage à toi… Continue comme tu le fais, et si cela ne passe pas n’hésite pas à te faire aider par un(e) professionnel(le), cela permet parfois de mettre des mots sur des sentiments diffus, et/ou de régler certaines choses comme des pb pour dormir, une anxiété… qui peuvent empoisonner la vie. Grosses bises 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup pour tes encouragements ! J’espère que ça va finir par passer, parfois ça va mieux et j’ai bon espoir que ça va s’arranger petit à petit. Là tout de suite au moment où je te réponds, ça va – mais je sais aussi que ça peut me reprendre d’un coup sans crier garde… J’essaie quand même de penser aux bonnes choses et j’espère que quand le printemps arrivera enfin, ça ira mieux. Car le problème d’aller voir un(e) professionnel(le) est que dans ma ville en Allemagne où les gens ne parlent déjà pas anglais, trouver quelqu’un de compétent et qui parle français… ça risque d’être compliqué ! 😥

      Aimé par 1 personne

  3. Des mauvaises passes, on en a tous.tes, ne t’inquiètes pas. Ces moments où il n’y a pourtant rien de spécial, mais où tu sens que tu te rapproches dangereusement du précipice…Je les connais aussi et régulièrement ! Le plus dur c’est de passer le cap et une fois que c’est fait, ça va tout seul. Cependant, des fois, ça ne suffit pas et les proches, souvent bien intentionnés, ne comprennent pas toujours pourquoi ça ne va pas. N’hésite pas à aller vider ton sac, à suivre des sessions d’art thérapie, de reiki, de méditation ou même d’aller voir une psy (j’ai un article à rédiger là-dessus d’ailleurs 😛 ). Aller poser quelques valises a parfois un impact phénoménal dans ces moments difficiles ! Courage à toi, je t’envoie toute mon amitié virtuelle 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup Manon !
      Finalement je sais ce qu’il se passe mais ce n’est pas un seul problème, ou même deux ou trois, c’est plutôt une accumulation de soucis, frustrations, déceptions, ennuis, plus ou moins gros, plus ou moins solvables sur le court terme… et ça dure, ça dure, ça continue, et je n’en vois pas le bout. Je sais qu’il y aura forcément un bout, c’est pas possible autrement… mais chaque jour est plus difficile à passer, mes journées me semblent tellement longues et c’est dur.

      J’aimerais bien lire ton article sur le fait d’aller voir un/e psy ! 🙂 Et en effet, le fait d’être loin de mon pays, ma famille, mes amies… n’aide pas vraiment dans ces moments. Enfin, je me relèverai un jour, pas le choix 🙂

      Aimé par 2 personnes

  4. Oh je suis désolée d’apprendre que tu traverses une phase difficile en ce moment… En tout cas, c’est beau et courageux que tu ai osé en parler ici et te livrer. Je pense qu’avant tout, il ne faut pas culpabiliser d’aller mal (en plus, souvent, ça ne fait que te faire aller encore plus mal et n’arrange rien !). Ca arrive à tout le monde, même les personnes qui semblent croquer la vie à pleine dent et avoir toujours le sourire, même ces personnes-là ont des moments où ça ne va pas, avec une raison ou pas et elles le cachent ou non. Il y a des choses chimiques qui se passent dans notre cerveaux et qu’on ne contrôle pas malheureusement ! Parfois ça me tombe dessus et j’enrage parce que j’ai l’impression de tout louper, de me fermer et de devenir chiante et inintéressante… Mais c’est comme ça, ça dure un temps et un jour, sans savoir pourquoi, sans avoir fait quelque chose de spécial, ça passe et le soleil me semble plus brillant le matin. Peut-être que tu t’ai mis la pression en voulant tester plein de choses pour aller mieux ! En tout cas, j’espère pour toi que cette phase est bientôt terminée… On m’a parlé d’un truc que je n’ai jamais essayé, mais qui semble plutôt malin : écrire chaque soir 3 choses de notre journée qui ont été chouette. Ca peut être très simple, comme le fait d’avoir prix un chocolat chaud avec plein de chantilly, de se coucher dans des draps qui sentent la lessive, d’avoir téléphoné à une amie… C’est tout simple, mais au moins ça permet de s’endormir en ayant repenser aux bonnes choses 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ton soutien Marie ! J’espère que ça va bientôt passer car ça fait un moment que ça me ronge. J’essaie d’en parler plus car j’ai gardé ça pour moi pendant un moment, parce que je me disais que c’était absurde de ma part d’aller mal, mais parfois c’est juste comme ça.
      Il y a 2 ou 3 ans j’ai rempli tout un carnet de « choses positives » quotidiennes, c’était sympa 🙂 Maintenant j’ai d’autres techniques mais j’écris toujours quotidiennement et à la fin j’écris « le petit + » de ma journée. Ca me force à réfléchir au positif. Bon j’avoue que ce n’est pas suffisant mais c’est un petit pas 🙂

      Aimé par 2 personnes

  5. Horribles et éreintants ces coups de blues… Il m’arrive aussi d’en avoir, généralement une fois par an. Ca dure une semaine ou deux, des fois plus longtemps et rien ne semble vouloir s’arranger. Mais je suis sûre que tu es assez forte et courageuse pour remonter la pente en vitesse, en tout cas je te le souhaite 🙂 xx

    J'aime

  6. Dix plombes plus tard (oui, j’ai enfin décidé de m’attaquer à mes 644 mails non lus ‘:D) je tombe sur cet article, désolée d’être passée à côté (faut dire que ça a pas été une période très rock’n’roll pour moi non plus). J’espère que ces petits tracas ne t’ont pas suivie dans ta nouvelle vie à Toulouse, dans tous les cas s’il y a bien un conseil que je peux te donner, c’est que si tu te sens triste : SOIS TRISTE. Pour être régulièrement traversée par des épisodes de mélancolie sans forcément savoir d’où ils viennent, je sais que lutter pour les faire passer est absolument inutile. Il faut les laisser nous traverser, être indulgentes avec nous-mêmes en attendant qu’ils passent leur chemin. Le corps et l’esprit ont besoin aussi de passer par ces moments.
    Bon évidemment si tu fais une dépression à un moment faut aussi tendre la main pour demander de l’aide 🙂 Mais les petits coups de déprimes sont normaux et surtout ils arrivent à tout le monde. Dans notre monde moderne où la quête du bonheur est omniprésente, on a tendance à ne pas s’autoriser les coups de mou.
    Dans ces moments je me répète simplement : It’s okay. You’ll be okay.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s