November Has Come

*please scroll down for the English version*

Dimanche 5 novembre, presque 22h, la veille de ma rentrée – enfin ! Comme c’est bizarre de reprendre – pardon, de prendre! – le travail un 6 novembre, plus d’un mois après mon arrivée. J’ai l’impression d’avoir déjà tellement vécu et tellement appris en cinq semaines ici, et pourtant, je n’ai même pas commencé ce pour quoi je suis venue.

Mais… qu’est-ce que j’ai fait, en 1 mois et 7 jours précisément ?

J’ai été assez malheureuse, pour commencer. Je ne sais pas si « malheureuse » est vraiment le mot,il me semble vraiment fort, mais je n’ai pas été très heureuse. J’ai beaucoup pleuré, beaucoup réfléchi, ai remis le monde entier (et surtout moi-même) en question, j’ai voulu rentrer en France. Mais tout ça je vous l’ai déjà raconté ici, dans cet article qui fut le plus lu depuis des mois… (en fait vous aimez quand je ne vais pas bien, ça vous rend curieux, avouez!)(sans déconner, merci pour le soutien !)

Sinon, concrètement, j’ai essayé de m’installer tant bien que mal dans ma nouvelle ville pour l’année, Magdebourg, vous l’aurez compris, en Allemagne. La lutte a commencé par la recherche d’appartement. Je vous passe les détails mais finalement, nous en avons trouvé un relativement rapidement, et nous avons dit oui immédiatement à la seule et unique visite que nous avions réussi à organiser (malgré mes nombreuses demandes, restées sans réponse). Malheureusement, comme la grande majorité des appartements ici, il n’était pas meublé du tout, et sans Internet, évidemment. Une bonne partie de mon mois d’octobre a donc été utilisée pour trouver comment meubler l’appartement sans nous ruiner complètement, et à transporter ces dits meubles sans voiture. Se sont donc ensuivis des allers-retours à Ikea, et encore plus d’allers-retours entre le Airbnb où nous sommes restés les deux premières semaines, et le nouvel appartement. Déménager en tram en 15 fois : DONE.

L’autre partie d’octobre et cette première semaine de novembre ont été passées sans Internet, et croyez-moi, c’est pire que ça en a l’air. Je pensais que l’absence d’Internet me rendrait ultra productive. J’allais passer mes journées à faire ce que j’adore : lire, écrire, cuisiner, me promener, prendre des photos, câliner mon chat et mon mari… Ouais. Mais non.

Au milieu de tout ça, j’avais mes cours d’allemand. Chouette alors ! J’étais super enthousiaste, car enfin parler allemand est un de mes objectifs pour cette année. Finalement, en ayant cours de 11h45 à 14h, je me suis retrouvée à : dormir longtemps, manger, aller en cours, manger, faire mes devoirs, manger, traîner, dormir. Et on recommence. Avec un peu de connexion au McDo ou en 3G au milieu, quand même. Et pas vraiment l’impression de progresser des masses, ni d’accomplir quoi que ce soit de mes journées.

Déménager, dépenser des centaines d’euros, attendre Internet et aller en cours d’allemand n’ont pas été mes seules occupations. J’ai aussi découvert les méandres de l’administration allemande (pire que tout ce que j’aie vécu jusqu’ici, même en étant Française), j’ai apprivoisé le tram de Magdebourg (il mériterait que je lui consacre un article entier), j’ai appris la patience en toutes situations (le plus important étant sûrement de savoir attendre que le feu passe au vert pour traverser la rue), j’ai entendu parler plus de russe que d’anglais (et je n’arrive toujours pas à ouvrir la bouche pour parler allemand), je me suis battue avec Aldi pour l’activation de la carte SIM de mon mari (qui ne parle pas un mot d’allemand, si jamais vous vous demandez pourquoi c’était à moi de le faire)(et je suis obligée de faire une deuxième parenthèse pour préciser que ladite activation a pris 17 jours, oui oui, 17 jours, Deutsche Qualität)(et une troisième parenthèse, maintenant vous comprenez un peu mieux mon désespoir). Mais aussi, j’ai rencontré des personnes géniales qui m’ont bien aidée à surmonter mes petits et gros tracas !

J’ai également passé une semaine en Bavière, dans le charmant petit village de Benediktbeuern, tout au Sud de l’Allemagne, pour ma formation initiale (ach so, il serait temps que je raconte pourquoi je suis ici… Ca va venir). Contre toute attente, j’ai énormément appris pendant cette semaine, et, le ton de cet article vous l’aura peut-être fait deviner, j’en suis revenue quelque peu différente. Peut-être que j’avais besoin de rencontrer d’autres personnes qui n’ont pas eu le même choc culturel que moi à Magdebourg, ou bien de recommencer à voyager pour me rappeler que c’est globalement ce que je veux faire de ma vie, ou encore de changer d’atmosphère et de m’éloigner de ce qui me rendait malheureuse. Dans tous les cas, j’ai passé une semaine à rigoler, manger, apprendre à (mieux) connaître de nouvelles personnes y compris ma collègue Katya avec qui je vais travailler pendant les onze prochains mois, manger, peu dormir, faire du sarcasme incompris, et surtout, relativiser et voir les choses sous une autre perspective (et aussi, manger, je ne sais pas si je l’ai mentionné…?). J’ai aussi visité Munich mais ça, ce sera l’objet d’un autre article, évidemment ! (j’ai tellement de choses à raconter, je ne m’en sortirai jamais!)

A l’heure où j’ai écrit cet article (qui sera publié plus tard, selon les aléas de la connexion que je trouverai), les points qui manquent encore pour retrouver une vie normale sont Internet, une machine à laver et… le salaire de mon mari ou un truc qui y ressemble. Mais je vois les pièces du puzzle s’emboîter petit à petit et je commence à m’habituer à ma vie ici. Je me sens d’attaque pour les onze prochains mois, j’ai des projets de voyage plein la tête et les jambes qui fourmillent déjà. Je ne sais pas si j’arriverai à relever les nombreux défis que je me suis lancé, ni si cet état d’esprit durera longtemps (je suis la pro du yoyo)… mais je vais en profiter tant que possible.

*****

Sunday, November 5th, almost 10PM, the day before I start working – finally ! How weird it is to start on a 6th of November, more than a month after I arrived. I have the feeling I already experienced and learnt so much in five weeks here, and yet, I haven’t even started what I was coming for.

But… what did I actually do, in 1 month and 7 days, precisely ?

I have been quite unhappy, to start with. I don’t know if « unhappy » is the appropriate word, it sounds very strong to me, but I haven’t been very happy. I cried a lot, thought a lot, questioned everything (and especially myself), I wanted to go back to France. But I told you about all that here, in this article that has been the most read in months… (you actually love it when I’m sad, that makes you curious, come on!)(jokes aside, thanks a lot for the support!)

Apart from that, concretely, I tried to settle in as much as I could in my new city for the next year, Magdeburg, as you already understood it, in Germany. The struggle started with the search for an apartment. I’ll skip the details but eventually, we found one relatively quickly, and we said yes immediately to the first and only visit that we had managed to organize (despite my many requests, left unanswered). Unfortunately, like the huge majority of apartments here, it wasn’t furnished at all, and without the Internet, of course. A big part of my month of October was thus used to find out how to furnish our apartment without being completely ruined, and how to carry everything without a car. After that thinking were a lot of round trips to Ikea, and many more from the Airbnb where we stayed the first two weeks to our new apartment. Moving in with the tram in 15 times : DONE.

The other part of October and this first week of November were spent without the Internet, and trust me, it’s much worse than what it seems. I thought that the absence of WiFi would make me ultra productive. I was going to spend my days doing what I love : reading, writing, cooking, going for walks, taking pictures, cuddling with my cat and my husbabnd… Right. No.

Among all that, I had my German classes. Yay ! I was really enthusiastic, for speaking German is one of my goals for this year to come. Eventually, having my classes from 11.45 to 2PM, I ended up : sleeping a lot, eating, going to class, eating, doing my homework, eating, chilling, sleeping. And starting again. With a little bit of Mcdo-Wifi somewhere in the middle. And with the impression I wasn’t improving that much, or accomplishing anything every day.

Moving in, spending hundreds of euros, waiting for the Internet and going to German classes were not my only occupations. I also discovered the twists and turns of German administration (worse than anything I’ve experienced so far, even being French), I tamed the tram of Magdeburg (it deserves its own article), I learnt how to be patient in any situation (the most important being to wait for the green light before crossing a street), I heard more Russian than English (and I’m still not able to open my mouth in German), I struggled with Aldi to activate my husband’s SIM card (he doesn’t speak a word of German, in case you’re wondering why I had to do it)(and I have to open a second bracket to precise that the activation took 17 days. Yes, yes. 17 days. Deutsche Qualität)(and a third one, now you understand a little better my despair). But I also met amazing people who helped me a great deal to overcome my small and big worries !

I also spent a week in Bavaria, in the lovely small village of Benediktbeuern, at the very South of Germany, for my initial training (ach so, it’s high time I tell you why I’m here… it’s coming). I didn’t expect it at all but I learnt a lot during this week, and, maybe you would have guessed it by the tone of this article, I came back somewhat different. Maybe I needed to meet other people who didn’t experience the same cultural shock in Magdeburg as I did, or to start traveling again to remind myself that it’s basically what I want to do with my life, or to get a change of atmosphere and to get away from what made me unhappy. In any case, I spent a week laughing, eating, learning to know (better) new people, and among them, Katya, the colleague I’m going to work with for the next 11 months, eating, sleeping little, being sarcastic and misunderstood, and most of all, keeping things in perspective (and also, eating, I don’t know if I mentioned it…?). I also visited Munich but it will be the topic of an other article, of course ! (I have so many things to tell, I’ll never get round to it!)

At the time I’m writing this article (which will be posted later, depending on the connection I’ll find), what is still missing to get back to normal life is : the Internet, a washing machine and… my husband’s salary or something like it. But I can see the pieces of the jigsaw being put together little by little and I start to get used to my life here. I feel ready for the next eleven months, my mind is full of travel plans and I already have itchy feet. I don’t know if I’ll be able to take on the many challenges I set myself, or if that state of mind will last long (I’m a yoyo-pro)… but I’ll make the most of it, as long as I can.

5 commentaires sur “November Has Come

  1. Bien sûr on imagine , vu de notre douce Touraine, que le pays de Luther puisse sembler austère, et l’ancienne RDA un tantinet bureaucratiquement et pesamment lente à s’adapter.. ».qu’alliez vous faire dans cette galère? » vous crie Molière! courage, comportez-vous en hardis civilisateurs, faites découvrir à ces contrées défavorisées les beautés de la langue française et la délicatesse de la cuisine de nos terroirs…et si la nostalgie vous gagne, montez donc un peu vous distraire dans le vert Danemark, et rencontrer Hamlet à Elseneur…et puis revenez vite , la famille et les amis, c’est fait pour ça: on pose son sac le temps d’un bivouac et on repart gonflé à bloc!

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup ! Oui, même les voyageurs passionnés et les habitués de l’expatriation ont leur lot de surprises lors d’une nouvelle installation ! On commence à se sentir chez nous maintenant, et ça fait du bien 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s