Because my love for you would break my heart in two

Tomber amoureux. Non, ça ne commence pas par là.

Être plutôt neutre, ni pour ni contre. Apprendre à se connaître. Découvrir des facettes inattendues. Se laisser surprendre au quotidien. Prendre sa défense à la moindre critique mais être parfois soi-même fatiguée de ses caprices. Pleurer, rire, vibrer ensemble. En avoir marre puis ne plus pouvoir se quitter. Vouloir s’éloigner seulement pour mieux se retrouver. Profiter de chaque moment en sa présence.

Tomber amoureux.

Savoir que son temps est compté. Essayer de ne pas s’en soucier. Continuer de profiter sans s’inquiéter des mois qui défilent toujours bien trop vite. En venir à chercher ses défauts pour que la séparation soit moins douloureuse.

Ne pas penser au futur, à l’après, ne se focaliser que sur les beaux projets. Ne pas imaginer la rupture. Ne pas pleurer avant l’heure. Ne rien regretter.

Et ressentir, malgré tout, ce chagrin indescriptible et pourtant déjà bien connu. Lorsque l’on quitte la ville que vous avez appris à aimer.

Publicités