Instant Crush

Ce week-end, mon coeur s’est ouvert à une ville magnifique : Copenhague.

Je vois déjà les cyniques venir, comme lorsqu’on est allés à Oslo : mais Copenhague, c’est cher ! D’où elle sort son argent, pourtant elle se plaint qu’elle est toujours fauchée ! Et comme pour Oslo, une bonne partie de réponse tient en quelques mots : Ryanair et Couchsurfing, soit un aller-retour à 40€ depuis Londres et deux nuits chez l’habitant.

Détails pratiques :  (vous pouvez donc passer au paragraphe suivant si ça ne vous intéresse pas – voire même juste regarder les images et fermer la page, je vous connais !)
– La monnaie est la couronne danoise (DKK). 1€ équivaut environ à 7-8 DKK.
– Les transports en commun sont très chers et il existe des pass 24h (DKK 80) ou 72h (DKK 200), qui permettent de circuler dans les zones 1, 2 3 et 4 (l’aéroport étant compris dans ces zones). Utile si vous logez loin du centre et que vous comptez prendre beaucoup bus, métro ou train (le pass couvre les trois). Sinon, un ticket simple pour 2 zones coûte 24 couronnes.

Nous avons eu l’immense chance de partir le week-end le plus chaud depuis un bon bout de temps, ce qui nous a permis de vraiment bien explorer la ville et de profiter comme il se doit du canal, des lacs, des ports, des jardins, des terrasses… et d’un barbecue improvisé chez nos fabuleux hôtes !

Arrivés vers l’heure du déjeuner, on se pose à Ørstedsparken, nos pique-nique préparés à l’avance.

SONY DSC

De parc en parc, on se rend au jardin botanique, juste en face.

SONY DSC

Et enfin à King’s Garden, les jardins du château de Rosenborg.

SONY DSC

Le château de Rosenborg, achevé en 1634, a servi de résidence royale jusqu’en 1838, date à laquelle il a été ouvert au public. La visite coûte aujourd’hui 105 DKK. Le château abrite entre autres les joyaux de la couronne. Nous ne sommes pas rentrés, mais les jardins en eux-mêmes valent déjà le détour. Par cette après-midi estivale, ils étaient bondés !

Du château, nous avons marché quelques minutes pour nous retrouver au fameux Nyhavn, littéralement « nouveau port ». Si vous avez une image de Copenhague en tête, c’est sûrement celle de ce charmant port tout en couleurs.

(photo de touriste pour prouver que j’y étais !)

SONY DSC

La foule rend l’endroit moins agréable qu’il pourrait être, mais tous les touristes se ruent sur les terrasses, situées d’un seul côté du port… Pour être plus tranquille et profiter de la vue, il suffit de traverser !

De Nyhavn, la vieille ville, également appelée « Indre By » (« ville intérieure ») est à deux pas. On rentre alors dans le coeur historique de la ville, tout aussi animé, autour de l’université et des rues commerçantes.

Depuis la tour ronde (Rundetårn), construite pour abriter un observatoire, une bibliothèque et même une petite église. Il est possible d’y monter pour 25 couronnes (3€ et des poussières). L’ascension se fait très facilement, par une longue et douce pente puis par un petit escalier pour atteindre le haut des 34 mètres.

SONY DSC

Gråbrødretorv

SONY DSC

Après s’être levés à 4h40, pris un bus, une navette, un avion, un autre bus, puis avoir marché toute l’après-midi sous un soleil trop fort pour un teint irlandais avec des sacs à dos bien remplis, c’est fourbus qu’on se rend chez nos hôtes – des personnes formidables qui illustrent parfaitement les bienfaits (oui oui, bienfaits, carrément) du couchsurfing !

Une après-midi m’avait suffit pour commencer à tomber amoureuse de la ville, et le reste du week-end ne m’a pas déçue.

On commence la journée du samedi par un tour à Fælledparken, un des nombreux parcs de Copenhague. De là, sur les conseils de notre hôte, on se balade dans une sorte de petit quartier très étonnant : Brumleby.

SONY DSC

Une des rues adjacentes, Olufsvej, a tout autant de charme.

SONY DSC

On marche gaiement (en essayant de trouver de l’ombre pour éviter que le pauvre fiancé tout blanc ne se transforme en écrevisse) jusqu’à la citadelle : Kastellet. Si vous regardez sur une carte, vous remarquerez la drôle de forme de la forteresse, tout en étoile !

SONY DSC

Continuez au nord de la Citadelle pour vous retrouver nez à nez avec la très connue… Petite Sirène ! Assez petite en effet, et très difficile à avoir sans une main / oreille / bout de tête / mèche de cheveu / toute partie de corps non désirable d’un(e) touriste qui ne prend même pas la peine de lire l’histoire de la statue mais songe simplement à la légende Facebook / Instagram / Snapchat qu’il/elle pourra publier la seconde suivante…

SONY DSC

Et parce que j’ai vraiment lu le panneau explicatif et mes guides, pour la petite histoire, la Petite Sirène (Den lille hafvrue) a été créée par l’artiste Edvard Eriksen en 1913, à la demande de Carl Jacobsen (fondateur de la  brasserie Carlsberg). La femme du sculpteur posa pour servir de modèle.

En continuant le long du port, on arrive à Amaliehaven. En vous tournant, vous pouvez admirer la belle architecture de l’Opéra d’un côté, et l’église de marbre (Marmorkirken) de l’autre côté. Ce petit parc a été ainsi nommé de par sa proximité avec le palais royal, Amalienborg.

SONY DSC

Marmorkirken

SONY DSC

Goûter danois dans un coffee shop aussi atypique que cosy juste à côté de l’église : Mormors

SONY DSC

Après la pause pâtisserie, on passe de l’autre côté du canal, sur l’île de Christianshavn.

Christianskanal

SONY DSC

On peut monter admirer la vue depuis la tour en spirale de Vor Frelsers Kirke (l’église de notre sauveur), pour une poignée d’euros.

Une des attractions principales de Christianshavn est la communauté libre de Christiania. Ce quartier s’est auto-proclamé « ville libre » et s’auto-gère depuis 1971. On peut y acheter et y vendre du cannabis librement, mais les photographies sont interdites et les « commerçants » encagoulés ! L’ambiance n’en est pas moins très festive et légère.

A l’entrée de Christiania 

SONY DSC

On quitte l’île pour une autre, Slotsholmen, le siège du pouvoir danois depuis 1167.

Château de Christiansborg, siège du parlement

SONY DSC

On finit la journée au calme après un passage dans la vieille ville, et une pause « lumière du soir » à Ørstedsparken.

SONY DSC

Le lendemain, après avoir quitté nos hôtes à regret et remis nos gros sacs à dos sur nos frêles épaules maintenant bronzées / rouges (rayez la mention irlandaise), on passe à Assistens Kirkegård, le cimetière Assistens, dans le quartier Nørrebro (pour les fans de tombes célèbres, Hans Christian Andersen, l’auteur de la Petite Sirène, y est enterré). Je ne pensais pas adorer spécialement les cimetières, mais avec les années, j’en découvre de très étonnants. C’est le cas de celui-ci, qui ne prend pas du tout des airs de cimetière. Preuve en est, les nombreux joggeurs, les familles qui y pique-niquent, les amis qui s’y retrouvent pour boire une bière, ou même simplement tous ceux qui profitent du soleil pour s’allonger en petite tenue. Assez surprenant donc de penser que tout cela a lieu au milieu des tombes ! Mais justement, ces dernières sont presque camouflées, et quand on se promène on oublie presque qu’elles nous entourent.

SONY DSC

SONY DSC

On visite très rapidement un musée apparemment très intéressant mais… tout en danois, et dont je vous passerai donc les détails, que je n’ai de toute façon évidemment pas saisis 🙂 On déjeune en terrasse sur les bords des lacs. Il s’agit en réalité de trois lacs rectangulaires, que nous avons longés jusqu’au quartier de Versterbro.

SONY DSC

De là, nous avons (beaucoup) marché jusqu’à Frederiksberg, quartier un peu excentré et qui est en réalité une municipalité à part entière. On y trouve les jardins et le château de Frederiksberg, ainsi que le zoo de Copenhague.

SONY DSC

De retour au centre, à côté de la gare où nous devions prendre le bus pour l’aéroport, j’ai laissé mon Irlandais et mon gros sac se reposer (surtout le gros sac) pour finir d’explorer.

Tivoli, le parc d’attractions le plus visité du Danemark.

SONY DSC

Il paraît que l’intérieur est époustouflant même pour ceux qui (comme moi !) n’aiment pas les manèges, mais je n’ai pas eu le courage de payer l’entrée pour vérifier.

Rådhuspladsen, la place de l’hôtel de ville

SONY DSC

C’était un loooong article comme je n’en avais pas écrit depuis longtemps (ça vous avait manqué ! avouez !) et j’espère qu’au moins une ou deux personnes aura eu le temps et la patience de me lire. Et que dans tous les cas, je vous aurais donné un joli aperçu de Copenhague 🙂 Oh j’allais oublier : le lien vers toutes les photos !

Publicités