Vendredi 13

Vous passez une excellente soirée, vous rigolez de bon coeur, vous faites les gamins devant les illuminations de Noël, vous profitez du moment. Vous sortez votre téléphone pour prendre une photo et vous vous étonnez du nombre de messages, soudainement reçus par une maigre connexion wifi. Vous lisez, vous ne comprenez pas, vous ne voulez pas comprendre, vous répétez les mots à haute voix, attentats, Paris, attentats…

Incompréhension, confusion, horreur, urgence, s’assurer que tout le monde va bien, essayer de comprendre ce qu’il se passe alors que vous êtes au beau milieu de Londres avec une connexion qui ne semble pas vouloir coopérer, imaginer le pire et être encore très loin de la vérité.

Besoin soudain d’être chez soi, loin d’ici où personne ne semble être encore au courant – pourquoi les gens sourient encore? de quoi parlent-ils? Ces Français dans le bus, faudrait-il les prévenir? Leur dire quoi? Désolée de vous déranger, vous avez entendu, les attentats… Paris… Non, je n’en sais pas plus, je veux juste rentrer chez moi, savoir, comprendre…

Comprendre quoi? 

Besoin soudain de serrer ma famille dans mes bras, de leur parler, d’être avec eux.

Besoin soudain de partager, quoi, je ne sais pas trop, mais partager. Une émotion, une pensée, une larme, un frisson, une révolte.

Publicités