Virée au Sud

Septembre, septembre ! Mais qui a parlé de rentrée ? Je n’ai pas encore fini de vous faire voyager, moi!

En route vers le Sud, nous nous arrêtons à nouveau en chemin, non seulement pour rendre le trajet moins pesant pour tout le monde mais également pour continuer à explorer le pays comme il se doit.

Première étape: Craggaunowen, the Living Past. Pour mieux vous expliquer ce dont il s’agit, je vous cite le dépliant distribué pour la visite: « Craggaunowen a essayé de rendre vivant le passé de l’Irlande en reconstruisant et en restaurant les habitations, les fermes, les lieux de chasse et autres détails de la vie quotidienne à l’époque de la préhistoire et au début de l’ère chrétienne. »

Le site est assez grand. On suit un itinéraire, numéroté sur le petit dépliant. Il nous emmène tout d’abord au château, restauré par un expert en art médiéval, John Hunt (qui fut à l’origine de la conception du site en lui-même). Le château fut construit vers 1550 par John Mac Sioda McNamara. On grimpe les étages pour s’imaginer la vie des gens de l’époque.

La plus grande attraction du site réside en la reconstitution d’une cité lacustre de l’âge de fer, appelée « crannog ». Il s’agit d’une île artificielle, formée d’une couche de rochers, de troncs d’arbre et de broussailles, le tout empilés au fond d’un lac, maintenus par des poutres verticales et ensuite recouverts d’une couche de terre et de sable. L’île est encerclée par une palissade de piquets; on y accédait par canot ou par une passerelle. L’objectif était ainsi de protéger ses habitations des éventuels ennemis et prédateurs.

SONY DSC

SONY DSC

On continue sur un petit sentier au milieu d’une forêt pour arriver au fort circulaire. Il en existe 40 000 exemples en Irlande, étant donné qu’ils représentaient la forme d’habitation la plus courante des paysans du début de l’ère chrétienne. Nous avons pu discuter avec l’un des « guides », en costume, qui  nous a expliqué comment il taillait le bois pour créer des petits tabourets, des instruments de musique, des ustensiles.

SONY DSC

Nous terminons la visite par le Brendan, un bateau en coque de cuir construit par Tim Severin en 1976. Un manuscrit du IXème siècle raconte en effet que St Brendan aurait traversé l’Atlantique et découvert l’Amérique trois siècles plus tôt, en navigant sur un tel bateau. Tim Severin a donc voulu prouver que la traversée avait bien été possible, et a bâti ce navire puis suivi l’itinéraire de St Brendan, le tout en se servant des indications du manuscrit.

SONY DSC

Après ce voyage dans le passé, nous nous rendons à Limerick. Bien que troisième grande ville d’Irlande, Limerick m’a semblé assez triste. Nous ne nous y sommes pas beaucoup attardés. Nous sommes passés par Saint Mary’s Cathedral, où seul mon père est entré  – pour 4€, ce qui explique pourquoi le reste d’entre nous soit resté à l’extérieur… – puis devant le château, très imposant et que nous aurions sûrement visité si nous avions plus de temps (10€ cette fois, donc il vaut mieux prendre son temps si on y va!), et à Milk Market où même les fromages sont colorés!.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Nous quittons finalement Limerick pour nous rendre à notre nouvelle destination, Dunmaway, dans le comté de Cork.

Le lendemain, une brume épaisse nous a suivis toute la journée et nous a même empêchés de nous rendre à Mizenhead, le point le plus au Sud-Ouest de l’Irlande. Alors oui, nous avons remarqué que là-bas, ils sont fans des choses « les plus blablabla »,  et ils n’hésitent pas à rentrer dans l’exagération parfois, ce qui peut être assez amusant. Pour revenir à Mizenhead, l’endroit semblait vraiment beau mais une fois arrivés là-bas, on n’y voit pas plus loin que le bout de notre nez… et nous nous sommes dit que payer l’entrée pour ne rien voir au final ne valait peut-être pas le coup. Ce sera donc pour une prochaine fois!

Avant que la brume ne recouvre tout!

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

A la place, nous sommes allés à Bantry.

SONY DSC

Là-bas, nous nous sommes promenés dans les jardins de Bantry House. Il est possible de ne visiter que les jardins, ou bien les jardins et la maison, mais nous étions surtout intéressés par les jardins (là, vous vous souvenez de ma passion pour les jardins en tout genre). Concernant la maison, il s’agit d’une demeure géorgienne du XVIIIème siècle, occupée au fil des siècles par différents comtes de Bantry. Les jardins l’entourent et la dominent.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Nous continuons ensuite jusqu’à Baltimore, petit village de pêcheurs très animé, surtout pour un dimanche après-midi. On monte jusqu’au « Beacon« , sorte de suppositoire géant qui sert en réalité de balise. La grimpée s’avère un peu laborieuse, pas du tout d’escalier ni de sentier aménagé, ou bien il aura été détruit par la pluie… Les chaussures pleines de boue, on arrive en haut et on se dit qu’on a bien fait de se salir.

SONY DSC

SONY DSC

On termine la journée par le cercle de pierres Drombeg, l’équivalent du Stonehenge irlandais, en moins grand et moins impressionnant (enfin, je n’y suis jamais allée, je ne fais que supposer d’après ce qu’on m’a dit! mais je compte bien y faire un tour dans les mois prochains, et je vous donnerai un vrai témoignage).

P1060584

Nouvelle journée, nouvelle destination: Kinsale et Cork.

J’ai adoré Kinsale, très coloré et agréable. Il paraît que Kinsale est l’équivalent d’Antibes sur la Côte d’Azur, avec laquelle elle est jumelée. Je ne sais pas si je suis totalement d’accord avec l’analogie mais dans tous les cas, j’ai beaucoup apprécié m’y balader.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Mon fidèle guide du Routard m’a également appris que Kinsale est l’endroit où les chefs gaëls et leurs alliés espagnols furent vaincus en 1601, marquant le début de la fin de l’indépendance irlandaise. Les Anglais s’en servirent ensuite comme l’une de leurs plus importantes bases navales, interdisant aux Irlandais d’y séjourner jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

SONY DSC

Après avoir dégusté un bon fish & chips face au port, nous partons pour Cork, avec un bref arrêt au Charles Fort.

SONY DSC

SONY DSC

A Cork, on visite le musée du beurre, ce qui peut paraître insolite (je n’étais moi-même pas très convaincue) mais qui s’est finalement avéré plutôt intéressant. Le musée raconte l’expansion du beurre Kerrygold en Irlande et à l’international, et je sais que vous devez rigoler en lisant cette phrase mais on ne s’intéresse pas assez à la fabrication et à la promotion du beurre dans le monde! 😉 Le reste de l’après-midi, nous traînons en ville: St Patrick’s Street, English market…

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Ma journée préférée de cette partie du séjour dans le Sud du pays fut sans aucun doute notre tour du ring of Kerry. Parce que nous avons fait étapes sur étapes en prenant un nombre incalculable de photos (si vous saviez comme j’ai du mal à ne vous en publier qu’une mince, mince sélection! également dû au fait que j’ai presque utilisé tout mon espace de stockage d’images donc je suis extrêmement ennuyée et je vais devoir une autre solution pour vous gaver faire voyager 🙂 ) et parce que cet article est une nouvelle fois bien trop long, je vais m’arrêter là et faire place aux images et à quelques légendes par-ci par-là.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

La Puck Fair, à Killorglin, est un des plus anciens festivals d’Irlande. Pendant trois jours, c’est la fête dans les rues du village, on en profite pour boire, manger, et couronner un bouc qu’on hisse en haut d’une estrade (le pauvre!) !

SONY DSC

SONY DSC

Killarney Castle
SONY DSC

SONY DSC

Torc WaterfallSONY DSC

Ladies’ View, point panoramique sur les lacs de KillarneySONY DSC

Pour finir sur une note rigolote et vous récompenser d’avoir déroulé la page jusqu’ici, me voilà en train d’accomplir le rêve de toute une vie: serrer un mouton dans mes bras! Ahhh!

P1060703

Publicités