Belfast

Je sais bien que je vous ai promis de ne pas écrire un article par journée passée en Irlande, mais ce sera parfois nécessaire pour un peu plus de cohérence: c’est donc le cas pour la journée à Belfast.

Encore une fois, je vous remmènerai brièvement à cet hiver à travers quelques photos, et même à l’été dernier – les deux fois où j’avais déjà été a Belfast sans y consacrer un article. Non pas que je n’avais pas aimé la ville, au contraire, mais je n’avais pas encore assez de matière pour vous en parler un peu en détails (nous y avions été entre amis pour sortir et pas vraiment pour visiter) et je préférais donc attendre un troisième passage là-bas: chose faite!

A une heure de Newry et environ deux heures de Dublin, Belfast vaut le détour. Pas besoin d’avoir un bon guide pour profiter de l’architecture et se balader dans les rues, mais je sais de source sure que les tours organisés par les « Black Cabs » sont vraiment bien faits, à condition de bien comprendre l’anglais (il s’agit de visites guidées par des locaux).

Nous nous sommes garés dans le parking d’un centre commercial, tout en haut, ce qui nous a offert une vue inattendue sur la ville dès notre arrivée.

SONY DSC

City Hall

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Une galerie 
SONY DSC
SONY DSC

Queen’s University
SONY DSC

SONY DSC SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Mon endroit préféré à Belfast est le jardin botanique. Sûrement parce que d’une manière générale, j’adore les jardins, et celui-là remplit bien son rôle! De belles serres, une pelouse tellement verte qu’elle en ferait presque mal aux yeux, des petits coins de paradis végétaux coupés du reste du monde en pleine ville… J’ai toujours du mal à m’arrêter de photographier le moindre brin d’herbe, le moindre pétale que je vois!

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Pause déjeuner: club sandwich

SONY DSC

Bien que nous ayons surtout arpenté les rues, nous avons également visité deux musées, qui auraient très bien pu nous prendre chacun la journée. Le premier se trouve au jardin botanique: l’Ulster Museum. Au début, je n’étais pas convaincue et pensais que le musée n’allait pas spécialement me plaire, et j’ai donc été agréablement surprise. Il est conçu sur quatre niveaux et présente quatre aspects très différents, ce qui permet à tout le monde d’y trouver son compte. « History Zone » présente l’histoire d’Irlande du Nord depuis la préhistoire; « Nature Zone » fait office de muséum d’histoire naturelle, « Art Zone » regroupe des peintures italiennes, hollandaises et anglaises tandis que « Windows of the world » rassemble les pièces emblématiques des trois autres départements. Au dernier étage se trouve également une exposition temporaire, pour laquelle il faut par contre payer (le reste est GRATUIT!). Le plan a pensé à tout et a sélectionné les indispensables à voir pour ceux qui n’ont pas beaucoup de temps.

J’ai particulièrement apprécié la partie sur l’histoire de l’Irlande du Nord, avec frises chronologiques géantes aux murs, affiches de l’époque… L’accent est également mis sur les années appelées « Troubles » et permet de bien rentrer dans cette tragique période.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Avant de nous rendre au musée Titanic, le deuxième musée dont je voudrais vous parler, nous sommes allés au centre commercial Victoria, du haut duquel on a une jolie vue sur Belfast, malgré les grillages.


SONY DSC

SONY DSC

Un pont que nous avons traversé pour nous rendre au musée Titanic
SONY DSC

Le musée Titanic, enfin. Un peu excentré et cher, ce qui au départ peut être rédhibitoire (et c’est une des raisons pour laquelle je ne l’avais pas encore visité, alors qu’on était allés voir le bâtiment qui vaut le coup d’oeil).

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Finalement, le prix s’explique tout à fait par la richesse du musée et des méthodes employées. On ne s’ennuie pas une seconde, entre les hologrammes, les images projetées aux murs, les petits jeux, les panneaux explicatifs, les maquettes et plans du Titanic, les vidéos, les reconstitutions des cabines, les accessoires utilisés (de la matière des rideaux au choix de vaisselle!)… On peut même visiter virtuellement le navire, en 3D, comme si on y était! Le tout est présenté de façon chronologique, depuis le contexte socio-économique de l’époque à une exploration sous-marine de l’épave, sur grand écran et avec un plancher de verre en-dessous… On passe donc par tous les détails de la conception, de la construction, on suit l’histoire de certains passagers ou membres du personnels, on partage l’excitation du lancement du navire, on tremble en lisant les derniers télégrammes envoyés les minutes avant le naufrage, puis pendant le drame, jusqu’à ce que le contact soit définitivement perdu… Et puis on cherche à comprendre, à trouver une explication en lisant les témoignages des survivants et le suivi de l’enquête.

Difficile de rendre compte de l’ambiance mais j’ai tout de même voulu prendre quelques photos.

SONY DSC

SONY DSC

 D’ici, on se tient à l’endroit d’où a été lancé le Titanic.

SONY DSC

Visite du navire

SONY DSC

Quelques télégrammes
SONY DSC

SONY DSC

Exploration sous-marine de l’épave

SONY DSC
Une des attractions nous emmène carrément dans un petit train, avec audio dans la langue de notre choix, et nous fait suivre le parcours d’un ouvrier sur le chantier.

Un aperçu des conditions de travail de l’époque

SONY DSC

SONY DSC

Je ne pensais vraiment pas être autant émue ni m’attacher de la sorte au destin du navire et de ses passagers; je n’ai jamais été spécialement intéressée par l’histoire du Titanic, je n’ai vu qu’une seule de ses nombreuses adaptations et bien que je l’aie appréciée, je n’en ai pas fait mon film favori de tous les temps comme beaucoup de personnes. Et pourtant, je ne peux que recommander l’expérience à Belfast! Prenez vraiment votre temps, il faut à mon avis y consacrer au moins deux heures pour bien en profiter.

Prochaine étape: Derry!

Publicités