Tomorrow’s Memories

Fenêtre ouverte sur mon mémoire, j’écris quelques lignes (peut-être un ou deux paragraphes, soyons optimistes), mais le coeur n’y est pas. Je me déconcentre, je fouille dans des photos sur Facebook et je tombe sur un souvenir: la photo du matin où j’ai quitté Tours pour les Etats-Unis.

Elle n’a rien de spécial, cette photo, c’est juste une photo un peu floue du jour qui se lève sur la rue où j’ai presque toujours vécu. Et depuis, j’y suis revenue. Alors pourquoi je me sens si vide quand je la regarde?

C’est juste un de ces jours où on se rend compte du temps qui passe, la révélation qu’on a tous les quatre matins et qui nous fait toujours le même choc. Un de ces jours où on a l’impression que tout nous revient d’un coup, et que ce tout nous paraît insurmontable.

Aujourd’hui, je me prends dans la face mon retour d’il y a presque un an, mon nouveau départ dont mon cerveau refuse de traiter l’information correctement, le premier anniversaire de mon neveu, la fin de mon stage, les « au revoir » avec ma classe, le bouclage du mémoire, les préparations pour le boulot le mois prochain, mai qui arrive sans prévenir, et qui cache derrière lui juin, juillet, août et… et puis tout ça, quoi.

Tout comme la photo du jour de mon grand départ, ce « et puis tout ça » non plus n’a rien de spécial. Rien de nouveau. Certains me diront, c’est le contre-coup, ce fameux contre-coup, se retrouver vide et désoeuvrée après avoir tant donné. D’autres me conseilleront de plutôt profiter des vacances et du beau temps au lieu de penser à ce qui arrivera bien assez tôt, ou à ce qui est de toute façon déjà passé… De me concentrer sur les bonnes choses: l’adorable surprise de mes étudiantes pour me dire au revoir, les bons moments entre copains pour fêter la fin d’année, la pause annuelle familiale bien méritée dans une semaine, les pique-nique au soleil sur les bords de Loire…

IMG_20150424_112035

Alors bon, voilà, j’ai décidé d’écrire ici, pour rien de spécial… juste comme ça, pour mettre en vrac quelques vagues pensées, pour méditer avec vous sur le temps qui passe.

Vous étiez où, vous faisiez quoi, vous, il y a un an?
Et où est-ce que vous vous voyez, dans un an?

3 commentaires sur “Tomorrow’s Memories

  1. Il y a un an, fraîchement rentrée de l’hôpital, je regardais, émue, Pavel esquisser ses premiers sourires sous l’oeil bienveillant de son frère. J’allaitais la nuit en te parlant sur Facebook, grâce à ce fameux décalage horaire, et le temps s’écoulait doucement dans la perspective de nos retrouvailles…
    Il y a presque deux ans, j’apprenais que ma fin d’année scolaire allait se charger d’oraux de concours, j’appréhendais ton départ aux Etats-unis, et j’envisageais de devenir maman à nouveau…
    Il y a trois ans, nous guettions les premiers pas d’Aliocha…
    Il y a quatre ans, c’était plutôt ses premières nuits que nous attendions!
    Le temps file, en effet, mais les années se chargent de nouveaux projets, voient apparaître de nouvelles personnes dans nos vies, qui ne font que s’enrichir. Alors, comme le dit philosophiquement mon tee-shirt bon marché du jour: « Keep going, no matter what, don’t give up ». Et bien sûr, CARPE DIEM!

    Aimé par 1 personne

  2. Il y a un an, j’allais bientot reprendre les cours. Et il y a un an et un peu plus d’un mois j’etais la ou je suis a nouveau. C’est bizarre, j’ai l’impression que ca fait tres longtemps que je n’ai pas vue cette ville, mais en meme temps c’es bien sur super familier. C’est pas super agreable.
    Je suppose que ton cerveau a bien traite l’information de ton nouveau depart!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s